Files

Abstract

Ce mémoire professionnel s’inscrit en didactique des mathématiques. La problématique se formule ainsi : comment les représentations au sujet de la manipulation en mathématiques influencent les enseignant·e·s dans leurs planifications ? Comme appui théorique, nous nous basons sur la théorie du noyau central d’Abric (1989) inscrit en sciences sociales, et sur les niveaux de planification (Margolinas, 2005) en didactique des mathématiques. La méthodologie s’appuie sur deux analyses statistiques : une ACP1 et une analyse en cluster2. Les données ont été récoltées dans deux établissements de la région de Lausanne auprès d’enseignant∙e∙s de 1 à 8P. L’ACP a permis de répondre à la question de recherche suivante : quelles sont les catégories de variables constituant le noyau central et la zone périphérique qui influent sur la représentation des enseignant·e·s au sujet de la manipulation ? Ces résultats nous ont aussi permis de mettre en parallèle les niveaux de planification et les variables significatives constituant le noyau central et la zone périphérique. L’analyse en cluster nous a permis d’avoir des catégories de représentation des enseignant∙e∙s et de répondre à la question de recherche : quels sont les profils des représentations des enseignant·e·s au sujet de la manipulation ? Les résultats portent sur le lien entre la représentation d’un∙e enseignant∙e et sa manière de planifier à court et long terme des activités de manipulation. En particulier, les différences de profils dans les représentations des enseignant∙e∙s au sujet de la planification des activités de manipulations sont influencées par un « noyau central » (Abric, 1989) composé de quatre catégories de variables : signification commune de la manipulation, cycle d’enseignement, nombre d’années d’enseignement et choix des ressources. Ces catégories de variables peuvent se situer au niveau des « valeurs et conceptions » (Margolinas, 2005).

Details

Actions

PDF