Files

Abstract

Ce travail poursuit l’objectif de comprendre les conditions d’apprentissage qui permettent d’articuler l’autonomie des élèves ainsi que leur motivation. En effet, notre mission est que les élèves du primaire puissent acquérir de nouveaux savoirs en sciences, tout en étant autonomes et motivés. Pour ce faire, nous avons testé 4 variables (ateliers liés/non liés, ateliers autonomes/dirigés, ordre des ateliers autonomes/dirigés et type d’atelier dirigé) au travers de 4 situations didactiques différentes au sein d’une séquence en sciences de la nature. La première séance était composée d’un atelier dirigé et un atelier autonome non liés prenant place simultanément. En effet, les élèves les ont vécus dans un ordre chronologique inverse : un groupe a commencé par l’atelier autonome (situation 1) et l’autre par l’atelier dirigé (situation 2). La deuxième séance comportait également un atelier autonome et un atelier dirigé, mais cette fois-ci liés. Cependant, l’atelier dirigé n’était pas le même pour les deux groupes d’élèves. Un premier groupe a commencé par l’atelier dirigé 1, qui était une vidéo à visionner (situation 3) et l’autre partie de la classe a commencé par l’atelier autonome (situation 4) avant de vivre l’atelier dirigé 2 basé sur l’utilisation d’attelles. En ce sens, nous avons fait varier les modalités de travail, ce qui nous a permis d’analyser l’impact des diverses postures de l’enseignante (expert, guide, accompagnateur) et par conséquent, celles des élèves. Nous avons effectué une analyse a posteriori de la séquence que nous avons proposée aux élèves, en retranscrivant les interactions langagières entre les élèves et entre ceux-ci et l’enseignante par le biais d’enregistrements vidéo et vocaux. Nous avons alors produit une grille qui nous a permis d’analyser les phénomènes de dévolution, de motivation et de partage des responsabilités. Les résultats obtenus nous montrent que pour placer un élève en situation autonome, tout en garantissant sa motivation, il est préférable de proposer des tâches liées entre elles dans un premier temps. De plus, il est primordial qu’une médiation pédagogique faite par l’enseignante, entre l’élève et le savoir soit réussie. Finalement, nous avons pris conscience de l’impact des différentes postures enseignantes sur l’autonomie et la motivation des élèves. Selon sa posture, l’enseignante dévolue en partageant la responsabilité des apprentissages avec les élèves (topogenèse).

Details

Actions

Preview