Files

Abstract

La gestion de classe est l’une des premières thématiques abordées par les futurs enseignant.es lors de leur formation académique. Les cours traitent partiellement de l’organisation spatiale de la classe, pourtant c’est la première chose à laquelle l’instituteur.trice est confronté.e quand il/elle débute une nouvelle année scolaire. Nous avions alors pour objectif de traiter ce sujet, afin de l’approfondir et comprendre les différentes réflexions sous-jacentes. Nous cherchions à répondre à la question suivante : à quoi ressemble une classe idéale ? Pour ce faire, nous nous sommes intéressées aux représentations des élèves, des enseignant.es ainsi qu’aux propos des auteur.es à ce sujet, afin de les confronter. Nous avons alors demandé à un groupe d’enfants et d’enseignantes de dessiner et légender leur classe idéale. Il s’est avéré que les avis divergent. Cependant grâce à cette diversité, nous constatons que les pédagogues, les enseignant.es et les élèves ont une volonté conjointe d’aménager la classe en sous-espaces. Alors pourquoi les représentations s’écartent-elles de la classe réelle ? Les auteur.es révèlent que chaque espace revêt une fonction particulière ; des espaces représentent un soutien à la gestion de classe pour l’enseignant.e, certains peuvent être exploités de façon autonome par l’apprenant.e, d’autres encore apportent un développement intellectuel à ce dernier sans nécessité la présence d’un adulte. Par conséquent, ces apports théoriques, nous aide à traduire les besoins des enseignant.es et des élèves dans leurs dessins. Pourquoi les enseignant.es n’aménagent-ils/elles pas leur classe en fonction des besoins relevés dans les illustrations ? Nous avons aussi constaté que les représentations des enseignant.es sont particulièrement élaborées, pourtant leur classe effective ne répond pas à leurs attentes. Où se trouve la rupture entre la volonté et la mise en place de leur classe idéale ?

Details

Actions

PDF