Files

Abstract

La plupart des élèves en Suisse romande devraient être confronté·e·s à la démarche scientifique depuis 2012, année durant laquelle le Plan d’études romand (PER) a officiellement commencé à préconiser ce type de dispositif dans les établissements scolaires. Ce mémoire vise à étudier l’impact de l’attribution de rôles lors d’un apprentissage coopératif sur la construction et la qualité des hypothèses des élèves, qui est l’une des étapes de la démarche scientifique. D’une part nous avons observé l’influence du rôle sur la tâche d’apprentissage, d’autre part nous avons étudié la motivation engendrée par celui-ci auprès des élèves. Sur l’ensemble du corpus étudié, seuls deux groupes ont été retenus pour l’analyse des données au vu de la pertinence de leurs interactions. Il en est ressorti que l’apprentissage coopératif a été fructueux pour élaborer de nombreuses hypothèses, bien que certaines d’entre elles n’ont pas toujours été approfondies qualitativement lors des travaux de groupe. Concernant l’attribution de rôles, le constat reste mitigé ; certain·e·s élèves ont été plus motivé·e·s que d’autres par ce dispositif. De plus, ce dernier a complexifié les tâches d’apprentissage demandées pour une part des enfants. En effet, pour certains d’entre eux il a été plus difficile de gérer le rôle et l’apprentissage et de trouver un juste équilibre entre les deux. Par ailleurs, le rôle de l’enseignante lors des mises en commun a été particulièrement important pour permettre aux élèves de passer d’une pensée quotidienne à une pensée scientifique.

Details

Actions

PDF