Files

Abstract

Lors que j'ai dû organiser une activité dans l'institution où je travaille en tant qu'enseignante spécialisée, je n'ai pas hésité à proposer un atelier de boxe anglaise. Une fois la mise en place faite, je me suis retrouvée à entraîner un groupe d'adolescents à besoins particuliers dans le contexte des sports de combat. Deux ans plus tard, j'ai décidé d'élaborer mon mémoire professionnel sur la base d'une analyse réflexive et une démarche clinique de ma pratique professionnelle. En effet, cet atelier sportif suppose un nouvel espace dans le contexte scolaire où les élèves ont pu travailler le dépassement et l'acceptation de soi-même, la confiance en soi, l'apprentissage de la gestion et de l'auto-régulation des émotions ; mais aussi, l'hétérogénéité du groupe, leur force à gérer toute sorte de différences : de sexe, de niveau, de besoin ou de compétence, de profil physique ou encore de profil psychologique. Comme dans tous les sports de combat, le cadre de l'activité comporte l'apprentissage du respect : des règles, de l'adversaire, de l'arbitre, mais aussi de soi-même, ainsi que l'apprentissage technique. De plus, l'atelier boxe entretient un rapport ambigu avec les violences, dont elle est à la fois, de par sa nature, une source potentielle et un moyen privilégié de remédiation. En somme, cette activité a éveillé des enjeux souvent cachés dans le contexte ordinaire. Ceux-ci ont permis, entre autre, le développement des apprentissages liés aux Capacités Transversales qui font souvent défaut chez les élèves de l'enseignement spécialisé.

Details

Actions

Preview