Files

Abstract

L’enseignement supérieur a subi de nombreux changements durant ces dernières décennies. Il s’efforce de changer son mode de fonctionnement, dit traditionnel, afin de pouvoir répondre aux besoins actuels. Parmi ces derniers, nous retrouvons notamment l’augmentation du nombre d’étudiants. Ainsi, face à ces nouveaux enjeux, université, haute école et autres institutions appartenant à ce degré d’enseignement, se doivent de garantir la qualité de leurs offres d’enseignement. De ce fait, de nombreux dispositifs ou cellules de ressources pédagogiques ont vu le jour dans le but de favoriser la réussite des étudiants. C’est un défi auquel la haute école pédagogique de Lausanne a également dû relever. En effet, nous nous sommes intéressés à un module, donné lors du premier semestre de première année, qui a dû répondre au nombre grandissant d’étudiants. Il est vrai que pour les formateurs de ce module il ne devenait plus possible de corriger toutes ces copies. De ce fait, les modalités de l’examen ont été modifiées et ce dernier a pris la forme d’un QCM. Ils ont alors mis en place un dispositif, soit la production de synthèses (facultatif et hebdomadaire) afin d’accompagner les étudiants durant le semestre et leur permettre de mieux appréhender leur examen semestriel. Il s’agit alors de comprendre le fonctionnement d’un tel dispositif afin tisser des liens entre ce dernier et la réussite/l’échec d’un examen et ainsi de pouvoir y apporter des modifications en vue de le perfectionner.

Details

Actions

Preview