Files

Abstract

En parallèle du cours MSISO35 – Échange interculturel avec Madagascar de la HEPL, ce mémoire a été réalisé pour chercher à approfondir les rapports des familles malgaches à la scolarité. Profitant du contexte de ce cours, une démarche ethnographique a été testée, en immersion dans le quotidien d’une enseignante malgache. Les travaux se sont déroulés sur une période de dix jours dans le collège de la commune de Sabotsy-Anjiro, commune rural située au bord de la RN2 entre Antananarivo et Moramanga. Après une période d’observation et de prise d’informations, il a été décidé de travailler autour des perceptions de l’école et des stratégies familiales qui agissent sur les élèves en faveur ou en défaveur de leur scolarité. En effet, le contexte de l’école secondaire malgache est marqué par une déscolarisation massive des élèves en raison principalement des coûts financiers. Les élèves qui poursuivent leur scolarité au-delà du primaire sont alors impliqués dans des réflexions complexes de la part des familles afin de maintenir l’équilibre financier et la répartition des tâches. Alors que les taux de scolarisation du secondaire sont en constante augmentation, les débouchées pour les jeunes des régions rurales restent faibles, ce qui implique une forte reproduction sociale et une faible utilisation des savoirs et des compétences scolaires. Ce travail interroge donc le paradoxe des familles qui investissent beaucoup dans la scolarité de leurs enfants en étant conscientes que les chances de diversification ou d’ascension sociale sont faibles. De plus, il questionne la motivation des élèves dans le cadre plus large des pays en voie de développement, car elle apparaît fréquemment dans le débat public comme étant supérieur à celle des élèves européens. Des entretiens ont été réalisés avec des élèves de troisième année et des personnes ressources. Ainsi, il ressort que des organisations familiales complexes sont identifiées pour permettre la scolarisation de certains enfants, parfois au dépend d’autres membres de la fratrie. Aussi, l’obtention d’un diplôme secondaire ou tertiaire est particulièrement valorisée par les familles qui cherchent à montrer qu’elles font le maximum pour leurs enfants. Pour ce qui est de la motivation, il convient effectivement de nuancer les stéréotypes puisque des situations d’élèves déviants ou quittant leur scolarité sont également observées.

Details

Actions

PDF