Files

Abstract

Depuis la commercialisation du Smartphone et l'explosion des réseaux sociaux, la gestion de l'information et de la communication sont devenues une affaire personnelle surtout pour les jeunes adolescents de l'école obligatoire. Cette école a longtemps tourné le dos aux pratiques des écoliers exercées dans leurs cercles privés prétextant qu'il s'agissait de l'éducation des parents. Force est de constater que bon nombre de jeunes adolescents supplantent leurs parents en termes d'utilisation des outils numériques modernes. Si ce n'est l'école, qui donc peut se porter responsable de cette éducation aux médias ? Plus qu'une responsabilité morale, l'école, si elle se veut moderne, active et stimulante, peut utiliser la culture numérique des élèves comme prétexte pour les engager dans des apprentissages multiples. Ce travail a évalué les capacités techniques des élèves pour leur proposer des activités scolaires qui s'alignent sur leur culture numérique. Dans un premier temps, une activité sur Youtube est demandée comme devoirs réguliers, puis, dans un second temps, le visionnage d'une vidéo possédant les caractéristiques qui créent le succès d'une chaîne sur Youtube est montré aux élèves. Les résultats de ces travaux ont montré que les élèves auxquels les deux séquences pédagogiques leur avaient été proposées ont fait preuve d'un certain engagement face à ces activités. Cet engagement n'a pu être possible sans le développement d'une séquence didactique crédible dans sa construction faisant office de guide pour les élèves. La didactique disciplinaire s'est révélée, en effet, comme l'objet décisif permettant aux élèves d'utiliser ces ressources d'une certaine attraction, puisqu'issues de leur culture, à bon escient. En conclusion, ces séquences ont été surtout perçue comme un moyen d'aborder l'efficacité dans la communication de messages ou les problèmes de droits numériques (à l'image, à la propriété intellectuelle, etc.).

Details

Actions

Preview