Fichiers

Résumé

Contexte : Plus qu'une simple transition entre l'âge moyen et l'âge avancé, la retraite se caractérise par divers changements (Krahe, 2011); notamment dans les schèmes d'occupations. Le passage à la retraite permet à la personne de se redéfinir à travers un nouvel équilibre occupationnel en dehors de la sphère professionnelle ( Ogg & Renaut, 2013). Les femmes retraitées issues du baby-boom sont la première génération de femmes ayant passé la majeure partie de leur vie au travail. Buts : Les objectifs de cette étude sont : (1) d'identifier leurs nouvelles occupations ainsi que celles qui sont maintenues, arrêtées, diminuées ou augmentées ; (2) d'évaluer leur équilibre occupationnel ; (3) de documenter les facteurs de satisfaction à la retraite ; (4) d'émettre des recommandations pour améliorer les interventions des ergothérapeutes travaillant auprès de cette population. Méthode : Il s'agit d'une enquête quantitative descriptive et transversale réalisée à l'aide d'un sondage électronique et papier envoyé à des femmes de 65 ans et plus par le biais de la Fédération Fribourgeoise des Retraités (FFR). Le sondage comprend cinq sections, neuf questions fermées et une ouverte. Résultats : Le sondage a été complété par 51 femmes retraitées du canton de Fribourg, âgées entre 66 et 86 ans (moyenne de 74 ans). La majorité d'entre elles perçoivent leur équilibre occupationnel comme étant satisfaisant (score médian = 52, é.t.=38-65). Les occupations sont majoritairement maintenues et seule quatre occupations sont commencées lors du passage à la retraite (bénévolat, faire partie d'une société, garde des petits-enfants, prise de pauses). Les occupations arrêtées sont celles jugées comme étant les plus contraignantes à cause de leur état de santé. Les répondantes ont proposé 146 recommandations pour une retraite satisfaisante touchant de nombreuses dimensions. Ces dernières suggèrent une préparation anticipée de la retraite (n=5), le maintien des relations sociales (n=27), la présence d'occupations significatives durant la journée (n=29) et l'adoption d'une attitude positive (n=52). Conclusion : Au vu des recommandations émises, les prises en charge ergothérapeutiques individualisées et holistiques sont à privilégier. La création de nouveaux projets en lien avec des programmes de préparations à la retraite, des approches communautaires auprès de groupes de personnes retraitées, ainsi que dans leurs environnements sont des perspectives professionnelles à développer en ergothérapie. [Résumé des auteures]

Détails

Actions

Aperçu