Files

Abstract

Notre travail a pour but la quantification de pneumothorax en CT post-mortem et l’importance de ce dernier dans la cause du décès grâce à des outils informatiques permettant cette quantification. Pour se faire, nous avons utilisé trois méthodes de quantification. : - La méthode Contourage ; - La méthode Segmentation par coupe, qui sont des méthodes que nous avons tirées de nos cours d’imagerie et adaptées à notre étude. - La méthode Mialite, qui, elle, a été reprise d’une recherche à but de comparaison. Pour cette étude, nous avons quantifié 40 cas provenant de la base de données du Centre Universitaire Romand de Médecine Légale. Le critère d’inclusion était la présence d’un pneumothorax simple ou bilatéral. Les critères d’exclusion sont un état de putréfaction avancée déterminé par un RAI au-dessus de 60 et une clinique du décès ayant un impact physique important sur le corps entrainant de ce fait un pneumothorax faussé. Les cas ont été choisis sur la période de 2014 à 2016. Nous avons démontré avec cette étude la faible variabilité entre les trois méthodes sur des cas de pneumothorax bien définis. Cette dernière augmente en présence de poumons emphysémateux et de zones poussant le logiciel dans ses limites en termes de résolution. Nous avons établi les avantages et les inconvénients de chaque méthode. Finalement, nous avons démontré que le volume du pneumothorax n’était pas un aspect qui était investigué dans le cadre de la recherche de la cause du décès, mais cela peut être mis en lien avec le fait qu’il n’y avait pas d’outils de ce genre à disposition. En conclusion, nous avons constaté que nos méthodes nécessitent une optimisation informatique importante pour être utilisées couramment en pratique, par conséquent nous recommandons Mialite pour sa rapidité et son efficacité.

Details

Actions

Preview